Retour sur les Assises 2019 du réseau Polytech

Les 3 et 4 avril a eu lieu la 14e édition des Assises du réseau POLYTECH à Pont-Royal en Provence. Temps fort de la vie du réseau, cet événement a rassemblé près de 350 personnels, étudiants et diplômés issus des 15 écoles du réseau.

Durant deux jours, les participants ont assisté à des conférences et pris part à des ateliers autour du thème "Nos pratiques, nos actions, nos projets", sous le signe de la cohésion et de l’échange.

Des invités de marque sont intervenus en conférence : Elisabeth Crépon, présidente de la CTI, a évoqué les actions menées par l’organisme auprès des écoles d’ingénieurs. Jean-Marc Lhermet, ancien rugbyman du XV de France et directeur du développement à ASM Clermont Auvergne, a mis en avant l’accompagnement des sportifs de haut niveau dans leur projet professionnel.

En deuxième partie, quatre ateliers de travail ont ouvert les discussions sur les thèmes suivants :

Atelier 1 : "Pédagogie dans le monde de demain" ;
Atelier 2 : "Enseignement-Recherche" ;
Atelier 3 : "Métiers administratifs dans nos écoles" ;
Atelier 4 : Etudiants & Alumni ont imaginé le réseau Polytech dans 20 ans.

Toutes les propositions, notamment portées sur la qualité de vie au travail pour l'atelier 3 et sur l'éco-responsabilité des futurs ingénieurs pour l'atelier 4, viendront enrichir les pistes de réflexion sur le développement global du réseau, résolument tourné vers l’avenir : "Ces Assises restent une occasion unique de se rencontrer, de se questionner et d'apporter un éclairage sur l'avenir", appuie Serge Pravossoudovitch, coordinateur du réseau.

Une étudiante Polytech lauréate de la bourse Jiyuu - Hugo Sarrade

Le 10 avril s'est tenue la quatrième cérémonie de remise de la Bourse Jiyuu - Hugo Sarrade. La candidature de Célia Saghour, étudiante en 4e année de Mécanique et interactions (MI), a été retenue.

Cette bourse a été créée en janvier 2016 à l’initiative de Stéphane Sarrade, dans le but d’honorer la mémoire de son fils Hugo, jeune Montpelliérain de 23 ans, décédé dans les attentats du Bataclan, et de perpétuer son amour pour le Japon.

La lauréate a reçu des mains de Stéphane Sarrade un chèque de 5000 € afin d'effectuer un stage au Japon.

Célia Saghour aura quatorze semaines pour travailler sur le design d’un petit robot domestique, un "rob-objet" conçu par le laboratoire de robotique de la Tokyo University of Agriculture & Technology.

"J’ai toujours rêvé d’aller au Japon, s'enthousiasme Célia Saghour, découvrir la culture japonaise en immersion pendant plusieurs mois, faire des rencontres, tout en travaillant sur un sujet passionnant, c’est totalement inespéré !"

Amatrice d'art japonais, Célia Saghour manie aussi le pinceau : elle s'est donné pour objectif de croquer un paysage de Tokyo chaque semaine.

Voir les photos

Lire l'article du Midi Libre

Opération Clean'Lez : Les nettoyeurs étaient au rendez-vous

Samedi 16 mars, environ 200 personnes se sont lancées dans une opération de nettoyage des rives du Lez, coordonnée par le club Polyearth, au bassin Jacques Cœur (quartier Port Marianne). Un évènement souhaitant inscrire les étudiants montpelliérains dans une démarche d’éco-citoyenneté et les sensibiliser à la gestion des déchets et au développement durable.

Bilan : 300 kg de déchets ménagers ont été ramassés en deux heures de temps.

"On a ramassé parfois de très gros objets, témoigne Yohanna Michau, étudiante en Sciences et technologies de l'eau, par exemple, on a récolté un caddie, une vieille télévision, un magnétoscope, une chaise, mais aussi des téléphones portables, des tuyaux, des tissus et vêtements en tout genre…"

A 16h, un apéro-concert a ensuite permis aux participants de discuter avec les nombreuses associations présentes dans une ambiance conviviale.

"C’était une journée fantastique pour l’équipe Clean’Lez et pleine de surprises, poursuit Yohanna Michau. On ne s’attendait pas à trouver autant de déchets ! Selon les participants, qui semblaient ravis, l’action a eu un vrai rôle de sensibilisation sur la gestion des déchets et l’impact de notre mode de vie."

L’opération était soutenue par l’I-site MUSE.

Voir plus de photos

Ils ont conçu le bateau qui vole

Une équipe d’enseignants-chercheurs ont mis au point l’Overboat, un nouveau genre de bateau sur foils, entièrement électrique. Ils ont présenté leur premier modèle au salon nautique en décembre.

"Au départ, il y a eu le concours Hydrocontest, concours international dédié à l’efficience énergétique et maritime, par deux fois disputé, témoigne Laurent Latorre, enseignant-chercheur en MEA. Ensuite c’est Vincent Dufour, maitre de conférences à l’ISEM1, qui a souhaité reformer l’équipe pour mener à bien ce projet."

Et l’ambition est grande : commercialiser des bateaux de loisir électriques sur foils, ces ailes sous-marines qui permettent de soulever la coque hors de l’eau sous la propulsion du bateau.

Le projet, mené depuis quatre ans, mobilise des étudiants dans le cadre de stages et de projets transversaux, mais aussi des compétences très pointues. La "dream-team" est composée de Lionel Lapierre (LIRMM2) pour l’automatique, Laurent Latorre (LIRMM2) pour l’électronique et l’assemblage, Loïc Daridon (LMGC3) pour la mécanique et l’hydrofoil, et Daniel Matt (IUT de Nîmes) pour la partie moteur électrique.

Enfin, l’Overboat, un bateau monoplace, très facile à prendre en main, a été présenté au salon nautique mi-décembre et de nombreuses personnalités, industrielles, sportives et politiques, sont venus l’admirer.

Lire l’article de LUM

Lire l’article de Midi Libre

En savoir plus

(1) ISEM : Institut Des Sciences De L'évolution De Montpellier
(2) LIRMM : Laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier
(3) LMGC : Laboratoire de Mécanique et Génie Civil

logo université montpellier
logo réseau polytech
logo ministère de l'éducation nationale
logo eurace
logo cti
logo cge
logo cdefi
logo campusfrance