Polytech Montpellier Université de Montpellier

Compte à rebours pour le lancement du spatial de pointe à Polytech Montpellier et à l’IUT de Nîmes

Un nouveau diplôme d'établissement (DE) de l’Université de Montpellier sur le Développement des Systèmes Spatiaux verra le jour à la rentrée 2020. Ce diplôme, soutenu par l’I-Site MUSE, est porté par Polytech Montpellier (école d'ingénieur de l'Université de Montpellier), en partenariat avec l'IUT de Nîmes, le Centre Spatial Universitaire de Montpellier et le service de formation continue de l’Université de Montpellier.

Une formation de haut-niveau


Cette formation d'un an (Bac+6) s'adresse à des ingénieurs ou titulaires d'un Master dans les domaines de l'électronique, de l'informatique, des matériaux, de la mécanique, etc., qui souhaitent élargir leurs compétences vers des métiers associés aux aspects systèmes, qualité et gestion de projets spécifiques dans le spatial.

Une quinzaine d’étudiants sont attendus pour la première promotion en octobre 2020. Cette formation, portée par Polytech Montpellier et l'IUT de Nîmes s’adresse aussi bien à des ingénieur.e.s aéronautiques déjà en poste (en formation continue diplômante) qu’à des ingénieur.e.s généralistes ou des diplômé.e.s de Mater 2.

Elle a pour but de répondre aux besoins des entreprises du secteur spatial (bien moins touché que l’aéronautique par la crise du COVID-19) et peut ouvrir une voie de reconversion dans un secteur de pointe pour des salariés en recherche de formation continue en cette période difficile. C’est la Fondation Van Allen (FVA), fondation partenariale de l’Université de Montpellier (UM), qui en a fait le constat. Elle accompagne stratégiquement et financièrement le Centre Spatial Universitaire de Montpellier (CSUM), plateforme technologique de de l’Université de Montpellier, qui développe des nanosatellites depuis 2012.

Le diplôme DSS a vocation à couvrir l’ensemble du cycle de développement, depuis la définition système, à la conception, à l’assemblage, l’intégration, jusqu’aux tests environnement simulés du satellite. La formation aura la particularité de faire intervenir des industriels partenaires ainsi que des ingénieur.e.s seniors du CSU dans les enseignements et d’offrir les installations du CSUM pour exercer toute la partie pratique.


De nouveaux métiers en vue


Tout en conservant leur spécialité d’origine, les diplômé.e.s pourront s’adapter au domaine du spatial ou accéder à des métiers plus spécifiques comme ingénieur.e système, ingénieur.e AIT (Assemblage / Intégration / Tests) ou encore, travailler dans l’Assurance Produit et la gestion de projet avec une vision globale. Le vivier d’emplois se trouve, par exemple, au sein de l’Agence spatiale européenne (ESA) ou l’Agence française de l’espace (CNES) et chez les grands industriels et leurs nombreux sous-traitants. Les diplômé.e.s de ce DE pourront également prétendre à de nouveaux métiers, liés à l’évolution de l’industrie spatiale et au New Space dont Elon Musk et son entreprise Space X sont les figures de proue.

« L'espace est de plus en plus accessible et attractif, confirme Laurent Dusseau, directeur du CSUM et de la FVA. Aujourd’hui, on crée des constellations de centaines « petits » satellites de quelques centaines de kilos à côté des satellites géostationnaires de plusieurs tonnes et des missions d’exploration scientifiques toujours plus complexes. On a donc besoin de nouvelles compétences ! »

Autre problématique actuelle : l’espace durable et en particulier la limitation des débris spatiaux qui implique la sortie en fin de vie des zones dites protégées, comme l’orbite basse, par exemple. « A la frontière du cadre juridique et de la technique émergent de nouveaux métiers liés à la loi relative aux opérations spatiales. Toutes les solutions comme le choix judicieux des matériaux et la propulsion électrique par exemple, sont évaluées sur nos nanosatellites. Ce sont ces nouvelles connaissances que nous souhaitons aujourd’hui transmettre », conclut Laurent Dusseau.

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Transition écologique : la réponse de l'école sur les défis environnementaux

Polytech Montpellier fait partie de la trentaine d'écoles qui ont répondu au Grand Baromètre de l'écologie sur les axes de gouvernance, formation, débouchés professionnels, recherche...

Le collectif étudiant "Pour un réveil écologique" a lancé une grande étude pour savoir où en sont les établissements du supérieur sur l’intégration des enjeux de transition écologique dans leurs pratiques. Voici la réponse de l'école sur ces défis environnementaux.

Voir la réponse de Polytech Montpellier

Lire l'article d'Usine Nouvelle

En savoir plus sur le collectif

Junior Entreprise : Connaissez-vous la MCE ?

William Le Goff (MI) et Yassine Bourihane (IAE), sont co-présidents de l’association "Montpellier Consulting & Engineering" (MCE). L’association étudiante vient de remporter l’appel à projets "Initiatives étudiantes" CONNECT pour un montant de 7 000 €, principalement dédié à l’acquisition de matériel et de logiciels. Aujourd’hui, malgré le confinement, elle est pleinement opérationnelle et ses activités montent en puissance.

La MCE est un cabinet de conseil étudiant basé à Montpellier, fruit d'un partenariat exclusif et inédit entre l'IAE et Polytech. Son objectif ? Entrer en relation avec des entreprises − PME, grands groupes, cabinets d’études, etc. − pour réaliser des prestations rémunérées en mettant à profit les compétences techniques des étudiants, comme dans le cadre d’une Junior Entreprise.

Après la déclaration des statuts en décembre 2019 et la création d’une charte graphique, le site internet est maintenant en construction. Et le confinement n’a pas stoppé les activités ! La première mission de l’association a eu lieu en avril : l'entreprise OTOUR2, à la recherche de clients potentiels, a commandé une étude de marché dans le secteur du tourisme.

"Avec une équipe qui respecte la parité IAE/Polytech, et grâce au fonctionnement en réseau, c’est un enrichissement mutuel, témoignent les co-présidents. On partage nos valeurs, on mutualise nos compétences, on sait parfaitement décrypter un devis sous plusieurs angles, on expérimente le management, les négociations, les contacts avec le client…"

Depuis fin mai, trois développeurs et un manager, tous étudiants à Polytech, planchent sur le déploiement d'une plateforme de gestion pour les TPE/PME afin de centraliser le traitement des devis, fiches de paye, ou toute autre démarche administrative, en prenant notamment en compte toutes les problématiques liées à la sécurité des données.

Prochain objectif de la MCE ? Obtenir un label d’excellence de la Confédération Nationale des Junior Entreprises (CNJE) : "L'association d’une double composante de l’UM est une vraie force pour notre candidature. Ce label, vrai gage de qualité, promet un développement européen et international, et peut nous apporter de nouvelles missions."

Ils poursuivent : "Avec ce projet, on découvre la liberté d’entreprendre, toutes les semaines ce sont de nouvelles découvertes, on étoffe nos compétences, le travail en équipe est enrichissant… Et cela donne des idées pour créer à notre tour une entreprise dans quelques années."

Pour adhérer gratuitement à la MCE en tant que bénévole, ou envoyer votre CV et lettre de motivation pour décrocher une mission : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Visiter leur page LinkedIn

I-site Muse : Cinq projets Polytech acceptés

 Les cinq projets MUSE soumis dans le cadre du Take off #3 (cursus et nouveaux diplômes) ont été acceptés :

  • Parcours Recherche Ingénieur (PRI) | Porteur du projet : Stephan Brosillon
    Pour une labellisation "Parcours Recherche Ingénieur" pour nos étudiants les plus motivés par la recherche, en partenariat avec les unités de recherche, les masters et les écoles doctorales.
  • Scale up Of FLOW Training (SOFT) | Porteuse du projet : Laetitia Picart-Palmade
    C'est la continuité du programme FLOW, l’école d’été internationale sur les Grands Défis Industriels en France proposée par Polytech depuis 2019.
  • Former des Ingénieurs Cloud Responsables du 21ème siècle (FICR) | Porteur du projet : Arnaud Castelltort
    Il s’agit de la formation "Développement informatique et exploitation Opérationnelle"(DO), nouvelle formation par apprentissage dans le domaine du numérique.
  • Diplôme d’Université "Développement de Systèmes Spatiaux" (DU DSS) | Porteurs du projet : Wilfried Desrat, Serge Pravossoudovitch et Jean-Marc Galliere
    Cette formation d'un an s'adressera à des ingénieurs ou titulaires d'un Master dans les domaines de l'électronique, de l'informatique ou des matériaux (liste non exhaustive), qui souhaitent élargir leurs compétences vers des aspects systèmes, qualité et gestion de projets spécifiques dans le spatial.
  • Diplôme d’Université "Sécurité numérique des systèmes embarqués" (DU SECNUM) | Porteur du projet : Pascal Benoit
    Développement une formation d’experts en sécurité́ numérique des systèmes embarqués pour répondre à la carence d’ingénieurs spécialistes sur le marché.

    En complément, un projet Take Off #4 (équipements innovants) a également été accepté :
  • Diplôme d’Université "Développement de Systèmes Spatiaux" (DU DSS) | Porteurs du projets : Wilfried Desrat, Jean-Marc Gallière

Une enveloppe globale de 800 000 euros a été allouée à l'ensemble de ces projets.

logo muse
logo um
logo réseau polytech
logo ministère de l'éducation nationale
logo eurace
logo cti
logo cge
logo cdefi
logo campusfrance
formations controlées par l'état