Ils réussissent malgré la crise

Une enquête menée sur l'insertion professionnelle des jeunes diplômés de l'école en 2010 et 2011 montre que, six mois après avoir obtenu leur diplôme, 75 % de nos diplômés sont déjà en activité, avec un salaire moyen de 30 000 euros bruts par an.

 "Dans un contexte d'emploi morose, c'est un score intéressant, souligne Bruno de Lourenço, chargé des relations industrielles. Au bout de 18 mois, ce taux atteint même 90 % et la moyenne des salaires dépasse les 33 000 euros bruts par an. La grande majorité de ces jeunes travailleurs reste en France mais près de 12 % d'entre eux choisissent l'international."

Cette étude a été élaborée à partir des résultats de l'enquête CGE 2012.


Pour en savoir plus

Attention : ballon dirigeable en approche !

Dans le cadre de son temps libre, Elie Faes, étudiant de 4e année dans la spécialité Systèmes embarqués (SE), participe au développement d'un projet un peu particulier : un ballon dirigeable.

 

Basé sur un produit commercial à vocation publicitaire, l'étude d'Elie Faes concerne plus précisément le développement de la partie électronique embarquée, qui permet par exemple la navigation autonome, la collecte d'images et de données environnementales...

"L'engin est gonflé à l'hélium, explique Elie Faes. Il mesure 1,70 m de long et permet d'embarquer environ 400 g de charge utile. Il fonctionne à l'énergie électrique avec une autonomie de plusieurs heures. Cela permet d'envisager des missions différentes de celles confiées aux drônes de type hélicoptère, dont l'autonomie se mesure habituellement en minutes."

"Ce ballon est avant tout un démonstrateur technologique, résume Laurent Latorre, l'enseignant responsable du projet. Il nous permet de disposer d'un premier retour d'expérience que nous pourrons valoriser dans le cadre d'un projet Université Montpellier 2 porté par le labex NUMEV et qui concerne l'observation de l'environnement. Mais c'est aussi un sujet d'étude ludique, dans l'air du temps. Le voir évoluer est un immense plaisir !"

Voir la vidéo

Taxe d'apprentissage : pensez à POLYTECH

Toutes les entreprises doivent s'acquitter, d'ici au 28 février 2015, de la taxe d'apprentissage sur les salaires 2014.

En versant cette taxe à POLYTECH Montpellier, vous contribuez à financer des équipements qui permettent à l'école de bien former aujourd'hui les ingénieurs qui travailleront peut-être dans votre entreprise demain.

En savoir plus sur les modalités de versement de la taxe à POLYTECH Montpellier

logo université montpellier
logo réseau polytech
logo ministère de l'éducation nationale
logo eurace
logo cti
logo cge
logo cdefi
logo campusfrance